Dubaï 2015 – Jour 3

Troisième jour aux championnats du monde sur plage d'Ultimate Frisbee. Notre chroniqueur est toujours sur place et c'est tant mieux. Plein de nouvellles pour aujourd'hui puisqu'il y avait 3 matchs au programme de la journée, dont un quart de finale.
Alors Romu, comment va le monde du disque sur place ?

Super ambiance dans le groupe [ndlr : des Master Beach] ! Dans la victoire ou la défaite, y'a que du soutien donc c'est super.

Contre l'Inde. On commence le match avec dans les têtes la journée d'hier et un manque de confiance. L'Inde, elle ne se pose pas de question et joue sa carte à fond. Du coup, le match est serré car nous rendons des disques et on ne concrétise pas assez leurs disques rendus. Et enfin, dans le money time, nous prenons définitivement l'avantage grâce à du sérieux retrouvé. Victoire 12 – 8.

Philippines. Nous étions prévenus. Ils avaient battus les Allemands juste avant je crois. Il fallait donc rester sérieux. On savait qu'a priori leur jeu serait basé sur du jeu très court très rapide.
Au final, nous n'avons pas été déçus de ce côté ! Effectivement, c'était le cas et leur handlers très mobiles ont été durs à défendre. Heureusement, le vent tout au long du match est venu nous aider. D'après le match précédent, ils avaient du mal à tirer des longues et nous en avons donc profité pour leur forcer à les faire. Résultat : beaucoup de disques tombés et cette fois-ci des contre-attaques foudroyantes qui passent de notre côté. Et victoire 10 – 4.

En tout cas. Ça fait du bien de jouer ces équipes ! Avec beaucoup de sourires.

Enfin le quart contre le Canada. La revanche ?! En tout cas, tout le monde le veut et semble prêt pour le combat. Mais même s'ils ont eu des moments difficiles en poule, on sait qu'ils sont toujours au top pour les matchs couperets. On n'a pas été déçu. Malgré une bonne première défense de notre part, ils scorent et réussissent même la défense dans la foulée. Ensuite il faut attendre le 3-1 pour voir le réveil et un sentiment de rébellion des bleus mais ça n'est pas suffisant. Ils maîtrisent leurs attaques et nous n'arrivons pas à concrétiser le peu de disques qu'ils nous rendent.
C'est donc au final une victoire amplement méritée de leur part [ndlr : 12 - 7] mais une part de nous ne peut s'empêcher de se dire qu'il y avait moyen de passer et aller prendre la revanche contre GB.

Merci pour ce résumé. À demain pour une nouvelle page de cette épopée.